INFORMATIONS

connexion au serveur . . .
connexion réussie_
recherche d'informations . . .
chargement en cours_

25 PERSONNAGES ACTIFS
6 SUPERVISEURS
0 joueur en ligne

William Kayne

Lt Colonel William Kayne
Race: Humain
Spécialité : Inconnue
Equipe : SG-1
Niveau 2 - 135 XP
100 PV
Joueur Atsaki


Autres personnages
Atsaki (Superviseur)


Description du personnage

Compétences

Equipement

Dossier médical

Etats de service

Rapports

Présentation du personnage

DOSSIER


Nom : Kayne
Prénoms : William, Oliver
Alias : ?
Nationalité : Américaine
Âge : 41 ans
Date et lieu de naissance : 19 juillet 1978, hôpital militaire de Fort Carson, Colorado, USA
Lieu de résidence : Colorado Springs, Colorado (USA)

Affection : Stargate Command (SGC), Cheyenne Mountain, Colorado (USA). Equipe d'exploration SG-1.
Corps : US Army Rangers, Delta Force
Grade : Lieutenant-Colonel
Langues parlées : Anglais, Espagnol
Signes distinctifs : multiples cicatrices, aucun tatouage






États de service :


1995 : S’engage à 17 ans dans l’US Army sous le coup d’un accord parental signé par son père.

1995-1999 : Suit le cursus d’élève officier de l’académie militaire de West Point, État de New York.

1999 : Sort diplômé de l’académie avec le grade de sous-lieutenant et est affecté à la 4ème Division d’Infanterie de l’US Army.

2001-2002 : Promotion au grade de Lieutenant. Participe à l’invasion de l’Afghanistan par les Etats-Unis (Operation Enduring Freedom) à la suite des attentats du 11 septembre.
Juin 2002 : Est blessé par un shrapnel au cours d’une mission de reconnaissance dans la province de Patkia.

Juin-Novembre 2002 : Suit une intense rééducation et un programme de suivi psychologique au Walter Reed Army Medical Center, Washington D.C.

Janvier 2003 : Intègre la Ranger School, puis le 75th Ranger Regiment à la suite de son succès au programme d'entraînement.

Mars-Mai 2003 : Participe à l’opération Iraqui Freedom, théâtre d’opération Irakien.

2003-2008 : Mène de multiples opérations au Moyen-Orient au sein du Corps des US Rangers.

2006 : Promotion au grade de Capitaine.

2008 : Se porte volontaire pour rejoindre la Delta Force, nébuleuse force d’intervention américaine dépendant du JSOC.

2008-2018 : Mène de nombreuses opérations clandestines à travers au Moyen-Orient, en Amérique du Sud, Afrique, Asie du Sud-Est, mais aussi sur le territoire américain. Actions coordonnées avec d’autres forces spéciales américaines et étrangères, la CIA/NSA ou des services de renseignement étrangers (MI6, Mossad…).

2011 : Promotion au grade de Major.

2016 : Promotion au grade de Lieutenant-Colonel.

2019 : Intégration au premier contingent militaire destiné à relancer le Programme Portes des Etoiles. Rejoint la Base Cheyenne Moutain, Colorado, en tant qu’officier destiné à prendre part aux opérations d’exploration du réseau de Portes des Etoiles.


Histoire


William Oliver Kayne vit le jour le 19 juillet 1978 au sein de l’hôpital militaire de Fort Carson, installation de l’US Army dans le Colorado. Fils d’un officier de carrière des Special Forces américaines, également connues sous le nom de bérets verts, le jeune garçon baigne depuis sa plus tendre enfance dans le monde des uniformes et du droit de marcher au pas sous la coupe d’un instructeur véhément. Il n’est ainsi pas étonnant d’apprendre que compte tenu de sa fonction, son paternel n’était pas des plus présents. C’est sa mère qui l’éleva du mieux qu’elle put, aidée en cela par les services et prestations proposées aux familles de soldats déployés à l’étranger et résidant sur ses multiples bases à travers le pays comme au-delà des mers.

Par ailleurs, en dépit d’être bringuebalé régulièrement au gré des affectations de son père, le jeune William reçut une éducation des plus classiques. Quoique fortement influencée par les valeurs patriotes propres à sa famille. Toutefois, loin d’être conditionné à suivre ou croire aveuglément en quelque chose, il se fit rapidement un avis propre sur les questions de religion et autres sujets fondateurs de la création de son pays d’origine. Adolescent au début des années 90, il se constitua alors très vite une personnalité cynique et terre-à-terre, certains se demandant même si son père ne finissait pas par déteindre sur lui de façon un peu trop précoce pour lui permettre de profiter de ses jeunes années. Peut-être donna-t-il raison à ceux s’interrogeant sur la question quand, au cours de l’année 1995, il candidata auprès de son représentant au Congrès pour intégrer la prestigieuse académie militaire de West Point. Agé de 17 ans à l’époque, il obtint un accord parental signé de ses géniteurs au prix d’une profonde appréhension de leur part quant à son avenir.

***


Reçu au programme de formation des futurs officiers de l’US Army, le cadet Wayne suivit l’intégralité des disciplines enseignées et exercices en vue de le préparer à un rôle de commandement opérationnel avec des résultats encourageants. Versé dans l’infanterie à sa demande, il passa les quatre années suivantes à se consacrer à sa vocation, le gros de sa vie sociale se limitant au monde universitaire de l’académie militaire et à sa famille. Ironiquement, c’est au sein de cet environnement restrictif qu’il s’épanouit comme jamais auparavant, lui promettant une belle carrière pour peu qu’il ne parvienne à assurer sa fonction de commandement.

Il en eut l’occasion dès la fin de ses classes, avec son affectation au sein de la 4ème Division d’Infanterie en tant que jeune sous-lieutenant. Prenant le commandement d’une section, il connaitra l’épreuve du feu en octobre 2001, lorsque les États-Unis répondirent à la menace terroriste et aux attentats du 11 septembre par l’invasion de l’Afghanistan. Les forces américaines sillonnent alors le pays de long en large pour éliminer toutes traces des insurgés talibans, employant des moyens humains et matériels jamais vus depuis la guerre froide en ce qui concerne les opérations extérieures du pays. Pour William, ce fut surtout l’occasion d’être confronté à l’âpreté de la vie au front, son quotidien étant fait de longues missions au plus profond des montagnes afghanes, de combats dans des réseaux de grottes et de prises de villages. Combattre la guérilla talibane, en plus de mettre à rude épreuve les capacités physiques de ses hommes, se révéla un défi de taille pour lui lorsqu’il fut question de garantir le caractère opérationnel de son unité, les combats pesant sur nerfs de chacun.

S’il parvint à maintenir une cohésion toute relative, les siens se distinguant à de multiples reprises, le Lieutenant vit l’opération prendre fin pour lui lorsqu’il fut blessé par un shrapnel en juin 2002. Renvoyé au pays pour guérir, c’est au Walter Reed Army Medical Center de Washington D.C. qu’on réalisa l’opération nécessaire à sa guérison et que commença sa rééducation. Ce travail de reconstruction du corps fut aussi pour lui l’occasion de se renforcer mentalement, en évoquant son expérience du combat auprès de multiples thérapeutes militaires. Il en ressortit que malgré les choses qu’il avait pu voir et faire au Moyen-Orient, Kayne souhaitait poursuivre son engagement au sein de l’US Army. Fait pour cette vie, malgré les nombreux sacrifices qu’elle lui imposait, l’officier de carrière en devenir renouvela son contrat, obtenant par la même occasion le droit d’intégrer le prestigieux et exigeant programme d'entraînement des US Army Rangers en reconnaissance de ses états de service.

C’est à la Ranger School qu’il suivit le programme de formation de six semaines visant à faire de lui un élément du 75th Ranger Regiment. Orienté vers le leadership et les tactiques de combat en petites unités, ce stage de 61 jours composé de phases propres à chaque environnement de combat (montagne, marécages, désert…) fut pour lui la porte d’entrée vers le monde si particulier des forces spéciales. Privations de nourriture et de sommeil, entraînement poussé pour résister à différentes méthodes d’interrogatoire furent également de la partie… Dès lors, il n’était plus seulement question de combattre, mais également de garder le secret le plus strict sur la plupart des missions auxquelles il prit part. Une contrainte supplémentaire qui allait le suivre pour l’ensemble de sa carrière.

Ranger certifié et chuteur opérationnel à l’aube du mois de mars 2003, William fut du contingent américain qui mena l’opération Iraqui Freedom commissionnée pour déposer Saddam Hussein du pouvoir irakien. Il opéra en de multiples occasions au-devant des troupes régulières avec ses hommes, comme le veut la devise de son Corps à l’époque : « Ranger lead the way ». Le théâtre d’opérations du Moyen-Orient constitua le gros de son engagement dans les années suivantes, le soldat rentrant de façon régulière au pays au gré des permissions. La mort prématurée de ses parents dans un accident d’avion à l’automne 2007 marqua néanmoins un frein à cette « routine », Kayne se trouvant désormais seul au-delà de la seule sphère militaire.

Sans doute est-ce cette absence d’attaches solides qui motiva le Capitaine à se porter volontaire pour rejoindre la nébuleuse Delta Force au cours de l’année 2008. Il y passa pas moins de dix années de sa vie, menant des missions aux enjeux extrêmement divers : contre-terrorisme, protection et secours auprès des citoyens et intérêts américains à l’étranger, reconnaissances, sabotages, assassinats, encadrement et formation de forces combattantes étrangères… Cela, associé à la possibilité pour son unité d’opérer partout dans le monde, y compris sur le territoire américain et en civil, en dit long sur le genre de choses que le Ranger a pu être amené à voir et commettre. Cette période de sa carrière, longue d’une décennie et l’ayant amené à travailler avec des individus aux profils divers (agents du FBI, de la NSA ou de la CIA, forces spéciales du monde entier, multiples groupes rebelles et insurrectionnistes) eut tout le loisir de finir de forger le soldat qu’il est aujourd’hui.

***


Mais l’officier cynique et intransigeant qu’il était en entrant dans la quarantaine ne put qu’être impressionné et abasourdi par l’ampleur des révélations qu’on lui fit à l’été 2019, lorsqu’on l’enjoignit à signer un énième accord de non divulgation. Frappé du sceau de poursuites judiciaires pour haute trahison et espionnage en cas de manquement, le document ne préparait pas à la révélation que fut l’existence et la réactivation du programme Porte des Etoiles. Sélectionné pour son expérience du combat et des opérations clandestines, le Lieutenant-Colonel est aujourd’hui déployé au sein du SGC, à la base de Cheyenne Mountain près de Colorado Springs, destiné à faire partie du contingent des nouvelles équipes d’exploration constituées pour relancer le programme Porte des Etoiles.

Quels défis allaient désormais l’attendre ? Dieu seul le sait. Mais réinvestir l’échiquier galactique, combattre la menace Goa’uld et renouer le contact avec des alliés laissés à leur sort quinze ans plus tôt serait à n’en point douter le point d’orgue de sa carrière…